Fifi la terreur des comptoirs

Philippe Pegeon né le 23 août 1968, il mesure 1m75 et pèse 75kg. Membre fondateur du club, en 1993 il prendra le même avion que Denis et d'autres pour St Barthélemy.

 

Fifi est un bon vivant qui prend la vie à plein poumon, toutes les occasions sont bonnes pour prendre du bon temps.

A 8000 km de Randan il a su faire son bonhomme de chemin. Il s'occupe des parcs et jardins de toutes les célébrités de l'iles. Si notre Johnny national peut prendre l'apéro à l'ombre au bord de sa piscine, C'est grâce à notre Fifi local.

 

Si Denis fait dans le secret lors de son retour sur Randan, Fifi lui est du genre à passer le tambour avant son arrivée.

Et c'est avec plaisir que nous nous retrouvons tous les ans au local pour fêter son retour.

Un retour toujours compliqué à gérer pour lui. Il faut faire plaisir à la famille et en plus il faut absolument faire la bringue avec les copains.

Mais là, nous avons à faire à un spécialiste et un infatigable bringueur.

Une soirée au local ne lui suffit pas. Lors de ses séjours à compte à rebours il se fait un plaisir de rendre visite à chacun d'entre nous, et toujours aux heures où il est préférable de se désaltérer avec un liquide de préférence jaunâtre.

Ainsi durant son mois d'août il fera le tour des potes pour rattraper le temps perdu. Prendre des nouvelles du club, discuter de motos et de voyages.

Fifi roule en 1340 Softail Springer. Une moto qu'il a importée de St Barthélemy et avec laquelle il se déplace tout au long de l'été.

il faut dire que durant le reste de l'année il est un peu à l'étroit sur son île.

Alors une fois de retour sur ses terres, il prend un grand plaisir à rouler avec.

Il n'est pas rare de le voir participer à plusieurs rassemblements lors de ses quatre semaines de vacances sur le sol Français. Pour lui une moto, c'est fait pour rouler, pas de fioriture, que du vrai, de l'utile. Et malgré son éloignement, j'ai fais beaucoup plus de concentres avec lui qu'avec certains membres du club. Et c'est toujours un plaisir, des bonnes parties de rigolade jusque tard dans la nuit, voir même de bonne heure le lendemain matin.

Heureusement pour nous, ses vacances ne durent que quelques semaines.

Car si elles ne sont pas de tout repos pour lui, il est certain qu'elles ne le sont pas non plus pour nous. Ce monsieur arrive à vous épuiser les plus grands pratiquants d'apéro du club, parlez-en à Tof et Gillou.

Mais comme toutes les bonnes choses ont une fin, l'heure du départ arrive.

Et comme dans notre BD favorite, tout se termine autour d'un banquet la veille de son départ.

Grosses biz Fifi et à l'année prochaine, tu es à peine parti que tu nous manques déjà.

 

Sans rancune Fabrice.

un petit coup de souris sur le patch pour partager la balade